Publié le

Coronavirus : Le plan blanc et bleu

Coronavirus : Le plan blanc et bleu déclenché dans les établissements sanitaires et médico-sociaux.

Face à la multiplication des cas confirmés de personnes contaminées par le Covid-19 et de la prolifération du Coronavirus en France, le 6 mars dernier le ministre de la Santé Olivier Véran a décidé d’ordonner le déclenchement des plans blancs et bleus dans tous les établissements sanitaires et médico-sociaux.
Les plans blanc et bleu sont des plans détaillant les modalités d’organisation en cas de crise sanitaire ou climatique dans les établissements accueillant des personnes vulnérables.

Qu’est-ce que le plan bleu?

Alors que le plan blanc est déclenché dans les établissements de santé (hôpitaux), le plan bleu quant à lui est déclenché dans les établissements médico-sociaux accueillant des personnes âgées (maisons de retraite, Ehpad, résidences services, résidences-autonomie.)

Concernant le plan bleu, il s’agit d’un outil d’organisation interne pour les établissements médico-sociaux comme pour les EHPAD ou les établissements pour personnes handicapées. Ce plan vise à préciser les modalités d’organisation à mettre en oeuvre en cas de crise sanitaire ou clinique.

Élaboré sous la responsabilité du directeur de l’établissement médico-social et en suivant un cahier des chargés fixé par arrêté ministériel, le plan bleu est déclenché par le directeur d’établissement. Le plan bleu expose les actions à prendre en cas de situation exceptionnelle. Ainsi, le coronavirus est considéré comme une situation exceptionnelle, puisqu’il s’agit d’une crise sanitaire. De même, dans son allocution du 12 mars dernier, le Président de la République a précisé qu’il s’agissait « de la plus grande crise qu’ait connue la France depuis un siècle ».

Ainsi, suite aux décès de 15.000 personnes en août 2003, en raison d’une canicule exceptionnelle, l’arrêté du 7 juillet 2005, étendu aux EHPAD en 2007, est venu imposer aux établissements hébergeant des personnes âgées de rédiger un plan de gestion de crise dénommé « plan bleu ».

Quelles sont les mesures pouvant être prises dans le cadre du plan bleu par le Directeur d’établissement?

  • La baisse du recours hospitalier avec la mise en place de l’hospitalisation à domicile
  • Diffusion de documents indiquant des procédures d’hygiènes pour protéger les résidents
  • La suspension des visites (Depuis le 11.03.2020 le gouvernement a mis en place cette mesure)
  • Les activités collectives en EHPAD sont suspendues
  • Adoption de mesures barrières : élaboration d’une éventuelle sectorisation des locaux de l’EHPAD (cela peut notamment se traduire par le changement du mot de passe du portail/porte d’entrée de l’EHPAD, afin de limiter l’accès)
  • Meilleure gestion des stocks de matériel médical
  • Confinement des résidents, personnels, usagers

Qu’est-ce que le plan blanc?

Instauré par la loi n° 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique et notamment l’article 20, le plan blanc vise à mettre en place des mesures d’organisation destinées à faire face à une situation exceptionnelle ou une activité accrue d’un hôpital. Face à un afflux massif de victimes d’une épidémie, d’un évènement climatique meurtrier et durable, d’une attaque terroriste, d’une catastrophe naturelle ou encore d’un accident, il permet d’organiser l’accueil de ces victimes.

Face à la pandémie du Coronavirus touchant la France depuis quelques semaines, le Ministre de la santé a, le 6 mars dernier prononcé la mise en place du plan blanc dans tous les établissements sanitaires nationaux.
À ce titre, il convient de rappeler que, par le passé, le plan blanc avait déjà été déclenché, notamment lors des épidémies de grippe ou de gastro-entérite, ou encore lors des attentats du Bataclan en novembre 2015 et la fusillade de Strasbourg en 2018.

Quelles peuvent être les mesures à prendre par le Directeur d’établissement dans le cadre d’un plan blanc lié au Coronavirus?

  • Mise en place d’une cellule de crise pilotée par le chef d’établissement ou son représentant
  • Déprogrammation des activités non urgentes (interventions chirurgicales, consultations)
  • Augmentation du nombre de lits et de mise en place de chambres d’isolement (notamment en cas d’épidémie)
  • Renforcement des moyens de communication : le standard téléphonique est renforcé et les communications sont réservées au seul plan blan
  • Mise en place d’un plan de confinement
  • Une mobilisation du personnel médical
  • Une meilleure organisation de l’accueil des malades notamment par répartition en fonction du degré de gravité de leurs pathologies/symptômes
Posez votre question

Posez votre question

Posez votre première question gratuitement et sans engagement !
Ce service est destiné exclusivement aux managers, responsables juridiques et directeurs du secteur sanitaire et médico-social.