Une nouvelle voie d’accès réservée s’ouvre à l’EHESP aux concours de DH et D3S

capture-decran-2016-12-02-a-16-10-06Publié le 11.02.2021 par Thomas Quéguiner
Article Hospimedia

De façon expérimentale jusqu’en 2024, l’EHESP va réserver 10 à 15% de ses places aux concours externes de DH et D3S aux élèves des « Prépa Talents » ou classes préparatoires intégrées. Des places créées en supplément pour élargir sa base sociale.

À compter de cette année et à titre expérimental jusqu’en 2024, l’École des hautes études en santé publique (EHESP) va devoir proposer une nouvelle voie d’accès aux concours de directeur d’hôpital (DH) et de directeur d’établissement sanitaire, social et médico-social (D3S). À l’occasion ce 11 février d’un déplacement à l’institut régional d’administration de Nantes (Loire-Atlantique), le président de la République, Emmanuel Macron, a en effet annoncé qu’entre 10 et 15% des places jusqu’à présent offertes aux concours externes seront « destinées aux élèves des « Prépas Talents » du service public et des classes préparatoires intégrées (CPI) des trois années précédentes« , souligne le ministère de la Transformation et de la Fonction publiques dans un communiqué mais aussi dans son projet d’ordonnance — dont Hospimedia a obtenu copie, à télécharger sur le site d’HOSPIMEDIA. « Ces places seront créées en supplément de celles déjà offertes aux concours externes« . Outre l’EHESP pour les DH et D3S, quatre autres écoles sont directement visées.

Un jury et des épreuves identiques

Pour ses concours d’admission 2020, l’EHESP proposait 45 places en externe pour celui des DH et 50 s’agissant des D3S, ce qui placerait donc le curseur de nouvelles places réservées entre 5 et 7 voire 8 maximum. S’agissant des CPI, l’école de Rennes (Ille-et-Vilaine) en compte une depuis 2009 qui affiche 72% de taux de réussite : 158 étudiants y sont déjà passés pour une classe qui vise les concours externes de DH et D3S mais aussi par ailleurs d’attachés d’administration hospitalière (AAH) et d’inspecteurs de l’action sanitaire et sociale (Iass). Sur 2020-2021, la CPI accueille 19 étudiants : 12 admissibles au concours D3S, 7 pour les DH (un étudiant est doublement admissible) et 7 pour les AAH, indiquait mi-décembre l’EHESP (lire l’article HOSPIMEDIA).

« Les candidats seront évalués par le même jury de concours que les candidats du concours externe et passeront les mêmes épreuves« , précise le ministère. À noter que les « listes des candidats admissibles et admis seront publiées sans distinguer la voie d’accès choisie« . En parallèle de ce dispositif, deux mesures doivent également venir « renforcer les chances de réussite de tous les candidats aux concours » : la suppression cette année des limitations du nombre de participations aux concours dans chacun des trois versants de la fonction publique ; la réalisation toujours cette année d’une revue des épreuves des concours de la fonction publique pour en « réduire le nombre » et « éliminer les éventuels biais discriminants« .

Diversifier et éviter l’autocensure

Pour le chef de l’État, cette réforme vise à « diversifier » socialement l’accès à la haute fonction publique et à briser « l’autocensure » des jeunes face à ces concours, même lorsqu’ils sont diplômés d’un cursus universitaire, au motif qu’ils seraient « trop sélectifs » et eux « pas suffisamment diplômés » pour tenter leur chance. Dès les bancs du collège puis du lycée, cela passe par « des Cordées du service public« , à savoir un dispositif de partenariat entre ces établissements et des écoles de service public destiné en priorité aux élèves scolarisés en éducation prioritaire ou résidant dans un quartier prioritaire de la politique de la ville, à ceux vivant en zone rurale et isolée voire même à des étudiants en licence. « Toutes les écoles de service public vont s’engager dans la démarche pour encorder 3 500 élèves dès 2021« , indique le ministère.

En parallèle, 1 000 places seront offertes cette année dans les Prépas Talents destinées aux étudiants boursiers sélectionnés « sous conditions de ressources et de mérite » . Elles s’ajouteront aux 700 places d’ores et déjà proposées via les CPI. L’objectif du Gouvernement est que chaque région compte au moins deux de ces nouvelles classes préparatoires, lesquelles seront intégrées soit à des écoles de service public, soit à des universités, des instituts d’études politiques (IEP), des centres ou instituts de préparation à l’administration générale (Cpag-Ipag). Chaque étudiant en Prépas Talents touchera une bourse de 4 000 euros avec un éventuel soutien supplémentaire pour le logement ou la restauration.

Tous droits réservés 2001/2021 — HOSPIMEDIA

Posez votre question

Posez votre question

Posez votre première question gratuitement et sans engagement !
Ce service est destiné exclusivement aux managers, responsables juridiques et directeurs du secteur sanitaire et médico-social.
  • Envoyer