Contrat de séjour au sein d’un établissement public

Certains résidents n’ont pas signé de contrat de séjour à l’entrée de mon établissement public. Que faire pour régulariser cette situation ?

Réponse :

Pour les séjours d’une durée de deux mois ou plus, chaque établissement de type M.D.R ou E.H.P.AD est tenu de conclure – en application des articles L.311-4 et D.311 du Code de l’action sociale et des familles – un contrat de séjour avec le résident ou son représentant légal.

Pour rappel, ce contrat est établi lors de l’admission et doit être remis au résident au plus tard dans les 15 jours suivant son admission. Le contrat de séjour doit être signé le mois suivant.

Les stipulations du contrat de séjour précisent (cf. modèle arrêté par voie de Décret) notamment :

  • la définition avec le résident (ou son représentant légal) des objectifs de la prise en
    charge,
  • la mention des prestations,
  • la description des conditions de séjour et d’accueil,
  • la participation financière, y compris en cas d’absence du résident ou d’hospitalisation,
  • la liste des prestations offertes (logement, restauration, blanchissage, surveillance
    médicale, animations, …).

Ce contrat est accompagné – pour des séjours de deux mois ou plus – d’un document individuel de prise en charge (D.C.P.I). Cette pièce est établie et signée par le directeur de l’établissement ou par une personne désignée par la personne gestionnaire de l’établissement. Le document individuel de prise en charge peut être contresigné par la personne accueillie ou son représentant légal.

Qu’en est-il de la valeur juridique du contrat de séjour en établissement médico-social public ?

Consultez la suite en posant votre question

Posez votre première question gratuitement et sans engagement !
Ce service est destiné exclusivement aux managers, responsables juridiques et directeurs du secteur sanitaire et médico-social.
  • Envoyer